Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 04 – La justification par la foi seule (Galates 2.15-21, Romains 7)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Cette semaine nous entamons notre discussion sur le cœur de l’évangile – comment un(e) Chrétien(ne) est sauvé(e) de ses péchés. Il est très important de bien comprendre cela. Vous rappelez-vous que dans Galates 1.8 Paul dit que ceux qui enseignent un faux évangile devraient être « anathèmes » ? Je vais essayer de bien comprendre cela ! Plus important encore que ce que j’écris, faites bien attention à ce que Paul écrit, afin de comprendre correctement la volonté de Dieu. Ouvrons la Bible et plongeons-nous dans cette étude si importante !
 
I.  Les Juifs et les non-Juifs
 
1.     Lisez Galates 2.15-16. Rappelez-vous que lorsque nous avons terminé notre discussion de notre dernière étude, Paul soutenait que Pierre agissait comme un hypocrite en se séparant des non-Juifs. J’ai souligné que Paul devrait baser son argumentation sur la Bible. S’agit-il de l’argument qui vous a été promis ? Se base-t-il sur la Bible ? (Pas exactement. Au lieu de cela, Paul dit aux Juifs de penser à leur compréhension des différences entre les Juifs et les non-Juifs.)
 
a.      Quelle est la différence ? (Lisez Romains 2.17-19. Les Juifs avaient une relation spéciale avec Dieu. Il leur a donné beaucoup de règles pour rendre leur vie meilleure que celle des non-Juifs qui vivaient autour d’eux. Ils étaient une « lumière » au milieu des ténèbres dans lesquels sont les non-Juifs.)
 
b.      Malgré cette connaissance que les Juifs sont favorisés par la loi et qu’ils ont une relation spéciale avec Dieu, que connaissent également les Juifs convertis au christianisme ? (Ils ne sont pas justifiés par la loi. Au lieu de cela, ils sont justifiés par la foi en Jésus.)
 
i.       Sommes-nous supposés croire cela juste parce que les premiers Juifs convertis le croyaient ?
 
2.     Lisez Romains 2.21-24. Nous venons de lire la première partie de l’argumentation de Pierre – que les Juifs sont favorisés en ayant la loi et une relation spéciale avec Dieu. Quelle est la conséquence d’une telle relation ? Gardaient-ils la loi qui était pour eux une si grande bénédiction ? (Non. Au lieu d’être une lumière, ils ont déshonoré et blasphémé Dieu par leurs mauvaises voies.)
 
a.      Quel savaient donc les Juifs convertis, qui devrait nous faire accepter que la loi ne nous sauve pas ? (Ils savaient qu’ils ne pouvaient pas garder la loi.)
 
b.      Ne laissons pas cela pour les gens que nous ne connaissons pas. Savez-vous que vous transgressez régulièrement la loi ? (Si vous êtes honnête, vous direz (comme les premiers Juifs convertis) : « Oui, je transgresse la loi régulièrement ».)
 
c.      Lisez à nouveau Galates 2.16. Si vous péchez, pouvez-vous être « justifié en vertu des œuvres de la loi » ? (Évidemment non. Paul ne commence pas par un argument théologique, mais avec l’expérience de chaque fils et fille d’Adam et d’Ève. « Personne ne sera justifié en vertu des œuvres de la loi. »)
 
II.  La justification par la foi
 
1.     Galates 2.15-16 utilise à plusieurs reprises le même terme « justifié ». Selon vous, que signifie-t-il ? (De la perspective de la loi américaine, il signifie que vous violez la loi mais que vous n’êtes pas considéré(e) comme coupable. Par exemple, une personne entre par effraction dans votre domicile la nuit et vous avez peur que cette personne vous fasse du mal. Si vous tirez et tuez cette personne quand elle s’approche, c’est ce que la loi appelle un « homicide justifiable ». Tuer quelqu’un intentionnellement est généralement un crime terrible. Mais dans cette situation le meurtre est « justifié ».)
 
a.      Avez-vous déjà entendu l’expression : « Sauvé de vos péchés et non dans vos péchés » ? Si nous sommes justifiés même si nous péchons, cette expression est-elle correcte ?
 
2.     Lisez Galates 2.17. Pensez à la situation juridique américaine que je viens de décrire. Cette loi promeut-elle le meurtre ? Sape-t-elle la loi au profit du meurtre ? (Elle laisse l’autorité de la loi en place. Elle dit simplement que sous certaines circonstances, la règle de droit est promue en autorisant une personne à se défendre.)
 
3.     Lisez Galates 2.18. Qu’est-ce qui a été « détruit » ? (Si nous appliquons cela à la situation de Pierre quand il a repris ses anciennes manières en se séparant des non-Juifs, il a ravivé la loi (légalisme) et, comme résultat, s’est condamné lui-même. Bien que certains pensent que la loi a été annulée, je pense qu’il est plus précis de conclure que la pénalité de la loi a été « détruite » quand nous sommes sauvés par la foi.)
 
4.     Lisez Galates 2.19. Ce texte dit que je suis mort « pour la loi ». Il ne dit pas que la loi a été « détruite ». Comment un Chrétien « meurt-il à la loi » ? (Lisez Romains 6.3-7. Quand nous sommes baptisés, nous mourons avec Jésus, et nous ressuscitons avec Jésus. Nous savons que Jésus est mort à cause de notre péché. Ainsi, nous (au travers de Jésus) avons payé le prix pour nos péchés. Nous avons déjà payé le prix requis par la loi pour le péché. La loi n’est pas « détruite », mais elle ne nous menace plus parce que nous avons payé la totalité de la pénalité pour le péché par l’intermédiaire de Jésus.)
 
5.     Lisez Romains 7.1-4. Paul dit que nous sommes comme une femme dont le mari est mort, et par là elle est libérée de la loi de l’adultère. Continuons avec cet exemple spécifique. Les Chrétiens sont-ils libérés de la loi de l’adultère ? (Lisez Romains 6.1-2 et Romains 6.5-7. Cela nous dit que nous ne devons pas continuer à pécher. Cela nous dit que notre « ancien moi » est mort. La meilleure façon de comprendre cela est de dire que nous sommes morts à la pénalité pour l’adultère – ainsi qu’à la pénalité pour n’importe quel autre péché. Mais nous ne sommes pas morts à la compréhension que la loi existe pour rendre notre vie meilleure. Nous ne sommes pas morts à la compréhension qu’une vie en accord avec la volonté de Dieu lui rendra gloire.)
 
6.     Lisez Galates 2.19-20. Quelqu’un qui commet l’adultère vit-il « pour Dieu » ? (Évidemment non.)
 
a.      Comment Christ vit-il en nous ? (Cela fait référence à l’Esprit saint qui vit en nous.)
 
b.      Prenons un exemple. Supposez que j’aie dit que vous êtes mort(e) à toutes les lois sur la circulation routière. Cela ferait-il de vous un(e) meilleur(e) conducteur(trice) ? (Si vous étiez mort(e) vous ne sauriez rien de la loi sur la circulation routière. Ainsi, en imaginant que vous puissiez conduire en étant mort(e), vous seriez un(e) conducteur(trice) bien pire.)
 
i.       Supposez maintenant que le concepteur de toutes les lois de la circulation « vive en vous ». Quel genre de conducteur(trice) seriez-vous ? (Si j’étais imprégné de la personne qui a conçu toutes les lois régissant le trafic, je serais en parfaite harmonie avec elles. Je ne leur obéirais pas par peur d’être verbalisé par la police. Je leur obéirais parce que je saurais qu’elles créent une circulation sûre. Je pense que c’est cela que veut dire Paul.)
 
7.     Lisez Galates 2.21. Comment quelqu’un peut-il « rejeter » la grâce ? (En pensant qu’il devait garder la loi pour être sauvé. La loi ne nous sauvera jamais. Ainsi, garder la loi parce que nous pensons qu’elle a un impact sur notre salut est une erreur. Non seulement nous sommes incapables de garder parfaitement la loi à cause de notre nature pécheresse, mais essayer de la garder pour être sauvé constitue une insulte envers Jésus parce que cela signifie qu’il est mort pour rien.)
 
III.  La loi
 
1.     Nous avons parlé de la loi. Quand j’étais jeune il m’a été enseigné par certains que Paul faisait référence à la « loi cérémonielle », ce qui veut dire les lois écrites par Moïse qui sont en rapport avec le service du sanctuaire. Quand je lis d’autres commentaires bibliques, il semble que certains des commentateurs croient que Paul parlait de la loi cérémonielle. Ainsi, je pense que c’était (et que c’est peut-être encore) la compréhension parmi certains Chrétiens. Rappelez-vous que le point spécifique de la controverse est la circoncision. Cela fait-il partie de la loi cérémonielle ? (Non. Bien avant le sanctuaire, Dieu avait donné cette règle à Abraham (Genèse 17.9-11).)
 
2.     Si Paul ne parle pas seulement de la loi cérémonielle, cela inclut-il les Dix Commandements ? (Lisez Romains 7.7-8. Paul réfère à un « commandement », et nous le reconnaissons comme étant le dixième Commandement (Exode 20.17). Quand Paul écrit sur l’adultère et la convoitise dans sa discussion sur la « loi », nous voyons qu’il croit que nous sommes morts aux Dix Commandements.)
 
3.     Lisez Romains 7.4-5. Nous pouvons peut-être penser que le fait de limiter la définition de Paul de la « loi » à la loi cérémonielle nous aide à avoir le bon comportement. Que dit Paul au sujet de l’impact de la loi sur un bon comportement ? (La loi éveille nos passions pécheresses. Vous comprenez cela. Dites à quelqu’un de ne pas faire quelque chose, et vous pouvez être sûr(e) qu’il le fera. Ainsi, le fait de définir la loi de manière très large (et ensuite dire que nous sommes morts à l’entier de la loi) nous aide à vivre une meilleure vie. Au travers de Jésus nous avons payé la pénalité pour la violation de chaque sorte de loi spirituelle.)
 
4.     Lisez Romains 7.6. Comment pouvons-nous servir Dieu maintenant ? (En vivant une vie dirigée par l’Esprit saint !)
 
5.     Cher(ère) ami(e), avez-vous saisi la bonne nouvelle ici ? Quand vous avez été baptisé(e), vous avez participé à la vie parfaite et à la mort de Jésus pour vos péchés. La pénalité pour vos péchés a été payée. Voulez-vous maintenant vivre une vie guidée par l’Esprit saint ? Pourquoi ne pas demander maintenant d’être pardonné(e) pour vos péchés et d’être rempli(e) par l’Esprit saint ? Pourquoi ne pas choisir une vie dirigée par l’Esprit saint ?
 
V.    La semaine prochaine : La foi dans l’Ancien Testament.
 

faire un don