Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 – La vie dans l’Église primitive (Actes 2.42 à 4.26)

Copyright © 2018, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Notre étude de cette semaine porte sur la Pentecôte. S’agit-il d’un modèle pour nous aujourd’hui ? Cela est certainement différent de l’église d’aujourd’hui. Quels enseignements pouvons-nous en tirer ? L’église primitive appelait les pécheurs à se repentir. Qu’est-ce que cela signifie ? Si nous voyons des opinions différentes et que l’une des parties a recours aux menaces plutôt qu’à la persuasion, que devons-nous en conclure ? Plongeons-nous dans notre étude du livre des Actes et voyons ce que nous pouvons apprendre !
 
I.  Les jours d’émerveillement
 
1.     Lisez Actes 2.42-43. Quelle activité manque dans ce calendrier journalier ? (Le travail ! Ils mangent, prient, sont enseignés, sont en communion fraternelle, et font des miracles. C’est un moment merveilleux, mais cela ne semble pas être un plan viable à long terme.)
 
a.      Pensez-vous à quelque chose de parallèle aujourd’hui ? (Dans l’une de mes affaires de liberté religieuse, j’ai défendu l’épouse d’un homme juif ultra-conservateur. J’étais sensé ne parler qu’à lui, et non directement à elle. À cause de cette situation étrange (pour moi), je me suis rendu compte qu’elle seule travaillait. Lui passait ses journées à étudier et à discuter de la Torah.)
 
2.     Lisez Actes 2.44-47. Quelle est la solution au problème financier du fait de manger et de ne pas travailler ? (Ils vendaient leurs biens quand le besoin se faisait sentir.)
 
a.      Je ne me souviens pas avoir déjà vu ce modèle ailleurs dans la Bible. Certains ont suggéré que c’est ainsi que les Chrétiens devraient vivre aujourd’hui. Qu’en pensez-vous ? (Il s’agit d’un programme volontaire. Cependant, quand des gouvernements exproprient des gens pour donner leur propriété à ceux qui n’en ont pas, ces derniers peuvent finir par manquer de « l’argent des autres » et la situation s’empire. En l’absence d’intervention divine, il ne s’agit pas d’un plan viable à long terme.)
 
b.      S’il ne s’agit pas d’un plan à long terme, pourquoi est-il décrit, pourquoi en est-il fait mention dans la Bible ? (La Pentecôte, ce temps de « retraite » et de prière, l’étude, les miracles, la camaraderie et les repas en commun, tout cela est spécial. Peut-être que la nature unique de cela est précisément la raison de cette description.)
 
i.       Avez-vous déjà fait une telle expérience ? (Des « Camp meetings » m’y font penser. Il s’agit d’un moment spécial dans l’année pour des enseignements spirituels et le partage avec des amis. J’aime ces moments.)
 
II.  Les jours de guérison
 
1.     Lisez Actes 3.1-4. Pourquoi l’homme n’a-t-il pas automatiquement regardé Pierre et Jean ? (Il ne fait aucun doute que la mendicité était dégradante. Il ne regardait pas dans les yeux ceux qui lui donnaient de l’argent.)
 
a.      Parmi les versets qui précèdent, lisez Actes 2.46. Si les nouveaux croyants mettaient tout en commun et passaient tous les jours devant ce mendiant infirme, pourquoi ne l’ont-ils pas pris dans leur groupe et n’ont-ils pas partagé leur nourriture, leur communion et leur enseignement avec lui ?
 
2.     Lisez Actes 3.5-8. Quelle solution préfère Paul ? (Ils auraient pu l’arrêter. Peut-être l’ont-ils fait plus tard, mais Pierre le guérit par la puissance de Dieu pour que le mendiant puisse prendre soin de lui-même.)
 
a.      Lisez à nouveau Actes 3.6. Pierre n’avait-il vraiment pas d’argent ? Il doit certainement avoir eu accès à de l’argent si Actes 2.45 est compris littéralement – et je le comprends littéralement. Que nous est-il enseigné ici ? (Cela nous fait regarder plus profondément. Une approche superficielle des textes que nous avons lus conclut que les personnes « riches » devaient simplement donner leurs biens à ceux qui en avaient besoin. Alors que la Bible en dit long sur la charité, elle n’approuve presque jamais les dons sans discrimination, ou ce que nous appelons aujourd’hui des « actes de bonté aléatoires ». La Bible encourage le travail (Lévitique 19.9-10) et la compassion (Proverbes 28.27 & Exode 22.25-27).)
 
3.     Lisez Actes 3.9-12. Quel motif supplémentaire cela suggère-t-il pour la guérison de cet homme ? (Nous avons vu la même chose avec Jésus – les miracles étaient la base pour attirer l’attention des gens et leur enseigner l’évangile.)
 
4.     Parcourez le sermon de Pierre sur Jésus dans Actes 3.13-18. Lisez Actes 3.19-21. Quel est l’appel à l’action de Pierre ? (Il les appelle à se repentir (changer radicalement).)
 
a.      Se repentir de quoi ? (Le sermon que nous avons parcouru rapidement est en rapport avec le rejet de Jésus en tant que Messie. L’appel au repentir est l’appel à accepter Jésus.)
 
b.      Je me suis longtemps demandé ce que signifie « se repentir ». Quand j’étais jeune, j’ai été amené à croire que je devais me souvenir de chaque péché et le confesser. Si d’une manière ou d’une autre je manquais un péché, alors je n’étais pas sauvé parce qu’il restait un péché non confessé. Aujourd’hui, ce que je viens de décrire me semble être une autre forme de justification par les œuvres. Dans ce cas, l’œuvre est le fait de traquer et de confesser chaque péché. Si je n’y arrive pas, je ne suis pas sauvé. L’idée de se souvenir et de confesser chaque péché est-elle cohérente avec l’appel de Pierre à la repentance ? (Pierre demande à son auditoire d’accepter Jésus et de se repentir de l’avoir rejeté.)
 
5.     Lisez Hébreux 6.1. Comment cela décrit-il la repentance ? (Ce verset appelle la repentance « le commencement de la parole du Christ ».)
 
6.     Lisez Hébreux 6.4-6. Combien de fois pouvons-nous nous repentir ? (L’auteur de l’épître aux Hébreux dit qu’il est « impossible » après être « tombé ». Cela semble être quelque chose que nous faisons une seule fois.)
 
a.      Permettez-moi de vous poser une question personnelle. Vous trouvez-vous en train de confesser (vous repentir) le même péché encore et encore ? (Je sais que c’est mon cas, et cela me fait penser que ce que l’on m’a enseigné sur la confession des péchés alors que j’étais enfant est faux. La repentance est un changement d’état d’esprit, une décision d’accepter Jésus comme votre Sauveur.)
 
7.     Lisez Actes 3.19, Actes 5.31 et Luc 24.47. La repentance et le pardon des péchés sont-ils deux choses différentes ? (Le résultat de la repentance est que nos péchés sont « effacés ». En même temps, cela semble être deux choses différentes.)
 
8.     Lisez Actes 26.20. Comment les actions sont-elles liées à la repentance ? (Si vous avez changé d’avis, changé votre attitude, alors vous devriez agir différemment.)
 
9.     Lisez Luc 11.2-4. Combien de fois Jésus dit-il que nous devrions prier ceci ? (« Quand vous priez ». Cela suggère qu’il s’agit d’une prière régulière. Nous la disons fréquemment.)
 
a.      Pourquoi le pardon de nos péchés est-il lié au pardon des autres ? (Une fois de plus, c’est ce qui me fait penser que la repentance et la confession du péché est probablement davantage une attitude qu’une poursuite de chaque péché. Est-ce que je pardonne à ceux qui pèchent contre moi ? Si j’ai cette attitude, alors Jésus emploie la même attitude envers moi.)
 
b.      Note au lecteur : J’ai inclus ces questions sur la repentance et la confession pour stimuler votre réflexion sur le sujet. La question n’est pas encore résolue dans mon esprit.
 
III.  L’État contre-attaque
 
1.     Lisez Actes 4.1-4. Quel est le message qui trouble les autorités juives ? (« En la personne de Jésus [nous avons] la résurrection d’entre les morts ».)
 
a.      Selon vous, qu’est-ce que cela veut dire ? (La résurrection des morts n’était certainement pas un sujet brûlant. Au lieu de cela, la résurrection de Jésus d’entre les morts était le point de controverse.)
 
2.     Lisez Actes 4.5-6. Pourquoi la question de la résurrection de Jésus préoccupe-t-elle ce groupe de personnes ? (Ils sont les dirigeants qui ont insisté pour que Jésus soit crucifié. Si Jésus est ressuscité, et je pense qu’ils le savaient, leur problème n’a fait qu’empirer au lieu de s’améliorer.)
 
3.     Lisez Actes 4.7. Quelle est la question spécifique posée à Pierre et à Jean ? (Par quelle puissance avez-vous guéri le mendiant handicapé ?)
 
4.     Lisez Actes 4.8-10. S’agit-il de la réponse que les dirigeants juifs attendaient ? (C’est juste l’opposé. L’argument de Pierre, inspiré par l’Esprit saint, est que la résurrection de Jésus est prouvée par la guérison miraculeuse du mendiant handicapé !)
 
5.     Lisez Actes 4.11-12. Quelle est la revendication faite pour Jésus ? (Réfléchissez-y. Cette déclaration signifie que l’ensemble du système d’adoration juif est sans aucune valeur lorsqu’il s’agit de la question du salut. C’est un défi frontal pour les responsables juifs.)
 
6.     Lisez Actes 4.13-14. Quelle est la défense des responsables juifs face à ce courageux défi ? (Que pouvaient-ils dire ? La preuve se tenait devant eux !)
 
7.     Lisez Actes 4.15-18. Quelle indication cela vous donne-t-il au sujet des objectifs spirituels des responsables juifs ? (Ils ont maintenant décidé de laisser la vérité derrière eux. Les menaces prennent la place de la preuve et de l’argumentation, car les menaces sont tout ce qu’il leur reste.)
 
8.     Lisez Actes 4.21-26. Quelle est la première base sur laquelle ils louent Dieu dans leur prière ? (Il est le Créateur ! Accepter la création est essentiel pour reconnaître la puissance de Dieu. Si Dieu peut réaliser la création simplement par sa parole, alors il peut s’occuper de toutes les petites choses dont nous avons besoin dans la vie.)
 
9.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous examiner votre vie ? Verrez-vous s’il y a des domaines dans lesquels vous avez des opinions contraires aux preuves qui sont sous vos yeux ? Demandez à l’Esprit saint d’aligner vos points de vue avec la puissance révélée de Dieu.
 
IV.    La semaine prochaine : Les premiers dirigeants de l’Église.
 

faire un don