Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 03 – La divinité du Saint-Esprit (Actes 4 & 5, Tite 3)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière nous avons examiné des textes bibliques qui révélaient que l’Esprit saint prend le rôle principal dans notre relation avec Dieu. Considérez votre compagnie d’assurance. Je pense à Dieu le Père comme le Directeur général qui gère toute la société. Jésus est responsable de réconcilier les risques avec les actifs et les investissements de la société. L’Esprit saint est notre agent d’assurance personnel, celui avec lequel nous avons le plus de contact. Il s’agit d’une comparaison grossière, et elle ne prend pas en considération le fait que la Trinité est Un. Mais ma grossière analogie place l’Esprit saint où je pense qu’il est : en tant que première interface avec nous. Vous avez certainement noté que dans ces études j’ai supposé que l’Esprit saint est Dieu. Ouvrons la Bible et explorons les textes qui placent l’Esprit saint dans la Trinité !
 
I.  Ananias : ignorant la puissance de l’Esprit saint
 
1.     Lisez Actes 4.32. Il s’agit d’une période très inhabituelle dans l’histoire du peuple de Dieu. L’Ancien Testament a beaucoup à dire concernant la propriété privée. Mais, dans cette petite fenêtre temporelle les nouveaux Chrétiens ne faisaient pas valoir leur droit sur leurs biens personnels. Selon vous, pourquoi cela est-il arrivé ? (Le texte dit que « la multitude de ceux qui étaient devenus croyants était un seul cœur et une seule âme ». Cette unité concerne aussi ce qui a trait à la propriété personnelle.)
 
2.     Feriez-vous ce genre de chose ? Selon vous, qu’est-ce qui motivait cette unité ? (Lisez Actes 4.31. Il s’agit du résultat de la puissante présence de l’Esprit saint en eux.)
 
3.     Explorons le contexte de cette remarquable attitude. Lisez Actes 4.29-30. Pierre et Jean font cette prière. Que demandent-ils ? (La puissance de guérir et de faire des miracles au nom de Jésus.)
 
a.      Lisez maintenant à nouveau Actes 4.31. Qui donne la puissance d’agir au nom de Jésus ? (L’Esprit saint.)
 
b.      Que dit ce verset au sujet de la divinité de l’Esprit saint ? (Il procure la puissance de Dieu pendant l’absence physique de Jésus.)
 
c.      Pourquoi l’endroit où ils étaient rassemblés « trembla » ? (Cela correspond typiquement à ce que nous voyons de Dieu dans l’Ancien Testament, il attire notre attention !)
 
4.     Lisez Actes 4.36-37. Que nous disent ces versets sur la façon dont les nouveaux croyants ont partagé leurs biens ? Ont-ils simplement remis leur argent à la première personne croyante qu’ils ont vu ? (Ce récit du don de Barnabé suggère que les responsables de l’église ont distribué l’argent.)
 
5.     Lisez Actes 5.1-5. Quel est le péché ici ? S’agit-il de manquer à partager avec les autres ? S’agit-il de garder une portion du prix de vente ? S’agit-il de mentir sur la nature du don ?
 
a.      Selon vous, pourquoi Ananias et Saphira ont fait cela ? (La fierté religieuse. Ils voulaient apparaître comme autant généreux que Barnabé et les autres qui ont donné leur propriété.)
 
b.      Notez que Actes 5.1 dit qu’ils vendent « une propriété ». Comme pour Barnabé, cela ne veut pas nécessairement dire qu’il s’agit de tous leurs biens, mais cela peut n’en être qu’une partie. Si vous vendez seulement une partie de votre propriété, et que vous donnez la majorité du montant à l’église, cela ne semble pas être un péché. De manière spécifique, je ne me rappelle de rien dans l’Ancien Testament qui indique que le fait de donner trop peu justifie une lapidation. Pourquoi est-ce considéré comme un péché si terrible ?
 
6.     Regardons cela plus en détail. Lisez à nouveau Actes 5.3. Pierre dit qu’Ananias a menti à l’Esprit saint. L’Esprit saint ne connaît-il pas toute chose, y compris nos pensées ? Si tel est le cas, comment peut-on « mentir » à l’Esprit saint ? (Nous connaissons des gens qui nous mentent même quand nous connaissons la vérité. L’Esprit saint est la puissance de Dieu en Pierre, le responsable de l’église. Ainsi, Ananias essaye de tromper un responsable d’église au sujet de l’étendue de sa dévotion.)
 
a.      N’est-ce pas quelque chose que nous faisons continuellement ? N’essayons-nous pas de montrer aux autres membres d’église et aux responsables que nous sommes plus saints que nous ne le sommes réellement ? N’essayons-nous pas de montrer que nous sommes davantage dévoués que nous ne le sommes réellement ? Est-ce la raison pour laquelle Ananias est mort ?
 
b.      Regardez cela sous un autre angle. Le texte dit que « Satan a […] rempli ton cœur ». Ananias veut montrer que l’Esprit saint remplit son cœur, alors qu’en fait c’est Satan. Est-ce là la raison pour laquelle cette action mérite la mort ? (Nous savons que le contraire mérite la mort – attribuer l’œuvre de l’Esprit saint à Satan (voir Matthieu 12.31-32).)
 
7.     Lisez à nouveau Actes 5.4. Que nous enseigne Pierre au sujet de la place de l’Esprit saint dans la Trinité ? (Pierre appelle mentir à Dieu le fait de mentir à l’Esprit saint (Actes 5.3) ! Pierre ne laisse aucune ambiguïté quant à l’Esprit saint qui est Dieu.)
 
a.      Si Pierre comprend exactement ce qu’il dit, que l’Esprit saint est Dieu, pourquoi ne pas simplement dire qu’Ananias a menti à Dieu ? (Précisément parce que l’Esprit saint ne tient pas un rôle secondaire. Il n’est pas « dans l’ombre ». Au lieu de cela, l’Esprit saint est au front et au centre et Pierre le comprend. L’Esprit saint est désormais l’interface principale entre la Trinité et l’humanité.)
 
b.      Que nous dit cela au sujet d’Ananias qui pense qu’il est possible de mentir à l’Esprit saint et à Pierre qui est rempli d’Esprit saint ? (Cela montre qu’Ananias ne croit pas à la puissance de l’Esprit saint. Au milieu de cette immense démonstration de la puissance de l’Esprit saint, il y a Ananias et sa femme qui ne croient pas, et pire, qui sont remplis par Satan.)
 
c.      Arrêtons-nous un instant pour réfléchir sur un point en relation. Dans notre conversation au sujet de l’Esprit saint qui est Dieu, Satan a-t-il la capacité de Dieu d’être présent partout en même temps – « omniprésent » ? Si tel est le cas, cela sape la preuve que l’Esprit saint est Dieu. Satan est-il, comme l’Esprit saint, omniprésent ? (Job 1.6-7 nous dit que Satan va à différents endroits, de telle sorte qu’il n’est pas omniprésent. Matthieu 4.3 réfère à Satan qui vient à Jésus. Jacques 4.7 nous dit que Satan nous « fuira ». D’un autre côté, Luc 22.3-4 est semblable à Actes 5.3 et réfère à Satan qui entre dans une personne. Marc 1.23-27 réfère à Jésus qui chasse un « esprit impur ». Ainsi, tandis que Satan ne peut qu’être à une place à la fois, tant lui que ses anges déchus peuvent apparaître sous la forme d’un esprit à un endroit.)
 
8.     Lisez Actes 5.7-11. Notez que Pierre exprime son péché un peu différemment. Au lieu de dire qu’elle a « menti » à l’Esprit saint, il dit qu’elle et son mari se sont « accordés pour provoquer l’Esprit du Seigneur ». Quelle provocation Ananias et Saphira ont-il fait envers l’Esprit saint ? (Dès lors que Pierre vient de lui demander de confirmer le prix de vente de la propriété, la provocation doit porter sur le fait ou non que l’Esprit saint est au courant de cette tromperie. Si l’Esprit saint n’avait pas de pouvoirs surnaturels, il n’en saurait rien.)
 
a.      Notez qu’Actes 5.9 appelle l’Esprit saint « l’Esprit du Seigneur ». Que nous enseigne cela quant à savoir si l’Esprit saint est Dieu ? (Comment « l’Esprit » de Dieu peut-il être autre chose que Dieu ? Mais, pour revenir à l’histoire, la mort de ce couple est directement liée à leur manquement à croire que Dieu connaît leur tromperie. La controverse est sur la puissance de Dieu. Le point central de cette histoire est que l’Esprit saint est omniprésent, connaît chaque chose que nous faisons, et si nous manquons à comprendre cela nous sommes dans de graves problèmes.)
 
II.  Le rôle de l’Esprit saint
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 2.10-13. En ne considérant que ce texte, quel degré d’importance donnez-vous à l’Esprit saint ? (Ce texte dit que l’Esprit saint « connaît ce qui relève de Dieu » tout comme votre esprit connaît vos pensées. Je comprends mon « esprit » comme étant ce que je pense, et non la viande qui est dans mon cerveau. Mes pensées sont l’essence de qui je suis. Ainsi, l’Esprit saint est clairement Dieu, puisque ce texte dit qu’il est l’essence de Dieu.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 2.16. Quel énorme avantage avons-nous en tant que Chrétiens ? (L’Esprit saint qui habite en nous nous donne l’esprit de Dieu ! Stupéfiant.)
 
3.     Lisez Tite 3.1-2. Que Paul veut-il que Tite promeuve parmi les Chrétiens ?
 
4.     Lisez Tite 3.3. Comment ont commencé ces personnes ? (Ils étaient exactement l’opposé.)
 
5.     Lisez Tite 3.4-6. Comment l’Esprit saint est-il « répandu » par Jésus ? (Lisez Jean 16.7-10 (version à la Colombe). Jésus est venu sur la terre, a gagné la victoire sur le péché, et est retourné au ciel. Grâce à cela, le « Consolateur » (l’Esprit saint) est venu à nous pour nous convaincre de notre péché, de la grâce et d’actions justes.)
 
a.      Que faisait l’Esprit saint avant la victoire de Jésus ? (Lisez Psaumes 139.7-10 (version à la Colombe). Nous ne devons pas sous-estimer la puissance de l’Esprit saint maintenant ou par le passé. Nous voyons dans ce texte que l’Esprit saint est omniprésent, et qu’il travaillait avec le roi David avant que Jésus ne devienne humain et ne gagne la victoire sur le péché.)
 
6.     Cher(ère) ami(e), c’est une énorme erreur que de sous-estimer la nature et la puissance de l’Esprit saint. Comme nous l’avons vu dans cette étude, il peut même vous tuer ! D’un autre côté, le fait de comprendre l’Esprit saint et de le laisser vivre en vous vous donne l’esprit de Dieu. Voulez-vous inviter la puissance de l’Esprit saint dans votre vie ?
 
III.    La semaine prochaine : La personnalité du Saint-Esprit.
 

faire un don