Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 10 – Le Saint-Esprit, la parole et la prière (Romains 8, Éphésiens 3, Matthieu 7, Marc 11)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Nous avons parfois de la peine à faire correspondre les promesses de la Bible avec notre propre expérience. Par exemple, plusieurs textes bibliques nous disent que si nous demandons quelque chose à Dieu, cela nous sera accordé (voir par exemple Matthieu 7.8). Dans Matthieu 18.19 il nous est promis que si deux s’accordent au sujet de « quoi que ce soit », alors « cela leur sera donné par mon Père qui est dans les cieux ». Ces promesses ont-elles toujours fonctionné pour vous ? Si tel n’est pas le cas, pourquoi non ? Très récemment, j’ai lu que si je tire un avantage personnel de ma prière, cela représente un « motif douteux » qui invalide ma demande. Il ne fait aucun doute que cet auteur pense expliquer pourquoi certaines de nos prières n’ont pas de réponse. En quoi un motif égoïste disqualifie notre prière quand Jésus nous dit de prier : « Donne-nous, aujourd’hui, notre pain pour ce jour » (Matthieu 6.11) ? Clairement, nous devons étudier ce sujet de manière plus approfondie ! Débutons notre étude sur l’Esprit saint et la prière !
 
I.  Le Saint-Esprit et la prière d’intercession
 
1.     Lisez Romains 8.26-27. Que nous enseigne ce texte au sujet de notre compétence à savoir sur quel sujet nous devons prier ? (Il dit que nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières.)
 
a.      Un(e) Chrétien(ne) raisonnable conclura vraisemblablement que si Dieu ne semble pas répondre à sa prière, la faute doit se trouver quelque part en nous. Ce texte semble-t-il confirmer ce problème ?
 
b.      De quelle façon le Saint-Esprit nous aide-t-il à faire des « bonnes » prières ? (Il intercède pour nous.)
 
c.      Qu’est-ce qui vient à l’esprit quand nous parlons d’intercesseurs humains ? (Bien évidemment je pense à des avocats. Un avocat sait, sur la base de son expérience, comment traduire la demande d’un client en termes appropriés. Il nous est dit que l’Esprit saint a une façon de communiquer qui est plus efficace que des mots.)
 
i.       Pourquoi appeler l’intercession du Saint-Esprit « soupirs » ? En quoi cela est-il plus efficace que des mots ?
 
ii.       Pourquoi avons-nous besoin que le Saint-Esprit rende meilleures nos prières ? Dieu ne comprend-il pas ? L’Esprit saint n’est-il pas l’Esprit de Dieu ?
 
d.      Qui est « celui » dans Romains 8.27 qui sonde notre cœur ? (Lisez Jérémie 17.10. Je pense que cela réfère à Dieu le Père.)
 
2.     Lisez à nouveau la dernière partie de Romains 8.27. En quoi le fait que Dieu connaisse l’esprit du Saint-Esprit améliore-t-il nos prières ? (Dieu connaît notre cœur et il sait comment pense l’Esprit saint. Cette combinaison nous aide à mieux savoir quoi et comment prier. Pourquoi ? L’Esprit saint déclenche ces impulsions qui créent les prières « appropriées », puis les transmet d’une façon cohérente avec la volonté de Dieu. Cela montre que le problème n’est pas en relation avec la compréhension de Dieu, mais avec la nature de nos prières.)
 
a.      Si nous pensons que Dieu ne répond pas à nos prières, le problème peut-il être que nous ne demandons pas à l’Esprit saint de nous aider ?
 
3.     Lisez Éphésiens 3.16-17. Qu’est-ce qui d’une part fortifie notre « homme intérieur » et d’autre part permet à Jésus d’habiter dans notre cœur ? (L’Esprit saint.)
 
4.     Lisez Éphésiens 3.17-19. Qu’est-ce que Jésus, qui vit en nous au-travers du Saint-Esprit, nous aide à comprendre au sujet de l’amour de Dieu ? (Il nous aide à comprendre la nature de l’amour de Dieu.)
 
5.     Lisez Matthieu 7.9-11. Que cela nous dit-il sur l’approche de Dieu pour répondre à nos prières ? (Donnez-vous à vos enfants tout ce qu’ils demandent ? Bien sûr que non. Vous savez que si vous leur donnez certaines choses, cela leur sera nocif. Vous savez que le bon moment pour donner votre cadeau a son importance.)
 
6.     Lisez Matthieu 7.12. Est-ce que Jésus fait des déclarations de vérité aléatoires ? Ou alors, cela est-il en relation avec les demandes que nous adressons à Dieu ? (La déclaration de Jésus semble s’y rattacher sous deux aspects. Premièrement, la décision de Dieu à quelle prière répondre positivement reflète son amour – tout comme le fait de traiter les autres comme nous aimerions être traités reflète de l’amour. Deuxièmement, nos prières doivent prendre en compte leur impact sur les autres.)
 
7.     Revenons à la problématique de Dieu qui répond à nos prières. Nous avons appris que Dieu répond à nos requêtes comme répondrait un parent aimant. Nous avons également appris que l’Esprit saint qui vit en nous nous aide à comprendre les contours de l’amour de Dieu. En réfléchissant à ces deux points importants, comment l’Esprit saint nous aide-t-il avec les prières qui reçoivent une réponse ? (En comprenant l’amour de Dieu, nous comprenons ce que nous devons prier pour que ce soit cohérent avec son amour pour nous.)
 
II.  Le Saint-Esprit et les demandes
 
1.     Lisez Matthieu 7.7-8. Y a-t-il quelques qualifications en relation avec ces promesses ? (Oui, dans le sens que nous devons demander, chercher et frapper. Cela signifie que nous devons prendre l’initiative.)
 
2.     Lisez Matthieu 18.19-20. Pourquoi est-il important que deux s’accordent ? (Si vous devez dire à quelqu’un d’autre ce que vous avez en tête, cela peut modérer votre prière. S’il est nécessaire que la deuxième personne agrée, il s’agit d’une limite à des prières déraisonnables.)
 
a.      Pourquoi Jésus ajoute-t-il que l’Esprit saint sera présent là où deux ou trois se rassemblent au nom de Jésus ? (La guidance de l’Esprit saint au regard de nos prières, comme nous venons de le discuter, est exceptionnellement important.)
 
3.     Lisez 1 Jean 5.14-15. Cette déclaration « selon sa volonté » est-elle une condition pour obtenir une réponse ?
 
a.      Notez que dans 1 Jean 5.15 il semble être dit autre chose : que Dieu entend « quoi que nous demandions ». Ces deux versets sont-ils en contradiction ? Premièrement il nous est dit que Jésus n’écoute que si nous demandons selon sa volonté, mais ensuite il nous est dit qu’il écoute quoi que nous demandions ? (La façon cohérente de lire cela est que Jésus « entend » les requêtes qui sont cohérentes avec sa volonté. Il accorde toutes ces demandes conformes à sa volonté, quelles qu’elles soient.)
 
b.      Soyons très concrets ici. Je me rappelle avoir prié avec ferveur et de manière répétée pour que mes parents vivent jusqu’à 85 ans. Cela ne leur a pas été accordé. Mon père est mort à l’âge de 70 ans et ma mère 80. En quoi ma demande de vie pour mes parents pourrait-elle ne pas être en accord avec la volonté de Dieu ? (Je n’ai pas la place de donner tous les détails, mais maintenant que je repense à ces évènements avec du recul, je crois que le temps de Dieu était parfait, compte tenu du fait que nous vivons dans un monde de péché et imparfait. Si j’avais connu la fin dès le début (comme c’est en partie le cas maintenant), j’aurais été d’accord avec le temps de Dieu. Il a donné la réponse la plus emprunte d’amour en considérant les intérêts de nous trois.)
 
III.  Le Saint-Esprit et la foi
 
1.     Lisez Marc 11.22-24. Qu’y a-t-il de plus inutile que de jeter une montagne dans la mer ? Après toutes les discussions sur la façon dont l’Esprit saint nous aide pour savoir ce qu’il y a de mieux à demander à Dieu, pourquoi Jésus nous donne-t-il un tel exemple ?
 
a.      Que représentent les montagnes dans la vie réelle ? (Elles sont des obstacles. Elles sont difficiles à contourner. Elles représentent des défis.)
 
b.      Que nous dit la nature « défi » d’une montagne au sujet de ce que dit réellement Jésus dans ce verset ? (Quelle que soit la grandeur du problème dans votre vie, il peut être enlevé par vos prières.)
 
c.      Quand Jésus dit : « sans hésiter dans son cœur, mais en croyant », à quoi fait-il référence ? (Cela nous ramène à la connexion avec l’Esprit saint. C’est l’Esprit saint qui habite en nous qui rend ces choses possibles.)
 
2.     Lisez Marc 11.25. S’agit-il d’une autre condition pour obtenir une réponse à nos prières ? (Jésus en fait une condition pour le pardon. Jésus dit la même chose dans Matthieu 6.12. Cependant, Jésus ne dit pas explicitement qu’il s’agît d’une condition pour obtenir une réponse à nos prières.)
 
a.      Si ce n’est pas une condition pour obtenir une réponse à nos prières, pourquoi Jésus le mentionne-t-il ici ? (Rappelez-vous notre discussion précédente sur la façon dont l’Esprit saint se focalise sur les meilleures impulsions de notre esprit quand nous prions avec son aide. Jésus fait la même chose ici, il se focalise sur nos meilleures impulsions.)
 
3.     Avez-vous le sentiment d’avoir des réponses au sujet de la raison pour laquelle certaines prières n’ont pas de réponse, bien qu’en même temps Dieu nous donne de nombreuses promesses sur la prière ? (Les textes que nous avons étudiés suggèrent que l’amour est à la base de toute réponse aux prières. Dieu nous donne des réponses positives quand nous demandons et que c’est dans notre meilleur intérêt. Dieu promet aussi que son Saint-Esprit nous donnera ce discernement, et inspirera nos impulsions, pour demander les choses les meilleures.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), vous avez besoin du Saint-Esprit ! Entre autres choses, vous avez besoin du Saint-Esprit pour guider et bénir votre vie de prière. Voulez-vous demander continuellement à l’Esprit saint de guider votre esprit et vos prières ?
 
IV.    La semaine prochaine : Attrister le Saint-Esprit et lui résister.
 

faire un don