Nouveau Testament

Étude 04 – Jésus, notre fidèle frère (Lévitique 25, Hébreux 2 & 13)

      Imprimer

Copyright © 2022, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Français courant (NFC), 2019, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net. Priez pour être guidé(e) par l’Esprit saint pendant que vous étudiez la Bible.
 
Introduction : J’ai la chance d’avoir un frère fidèle. Qu’en est-il pour vous ? Il y a tellement de relations tragiques entre les membres d’une famille. Des frères et des sœurs qui ne veulent pas se parler. Des parents et des enfants qui ne s’aiment pas. Toutes mes relations familiales sont excellentes, et je pense qu’une raison importante pour cela est que nous aimons tous le Seigneur. Notre étude de cette semaine porte sur Jésus, notre frère fidèle. Ouvrons la lettre aux Hébreux pour en savoir davantage !
 
I.  Le rachat de propriété
 
1.     Lisez Lévitique 25.23. Quelle était la règle de base concernant la propriété pour les Hébreux entrant en Canaan ? (Dieu possédait toutes les terres. Mais le peuple avait certains droits de propriété compatibles avec cette règle de base.)
 
2.     Lisez Lévitique 25.24-25. Quel est l’objectif principal de Dieu ici ? (Conserver les biens au sein de la famille. On peut vendre et acheter des biens, mais Dieu veut qu’une famille conserve finalement ses biens.)
 
a.      Pourquoi est-ce un objectif ? Et si la famille s’avérait ne pas être bonne agricultrice ? (La propriété était le moyen par lequel vous pouviez gagner votre vie. Cette règle devait protéger les gens de la pauvreté.)
 
3.     Lisez Lévitique 25.26-28. Si vous faisiez de l’investissement dans l’immobilier, serait-ce là une bonne loi ? (Vous pourriez perdre de l’argent sur une mauvaise récolte, mais pas sur la terre. Si la terre était rachetée, vous aviez l’usage de la terre dans l’intervalle, et vous récupériez tout votre argent pour les années futures. D’un point de vue pratique, je pense que cela revient à raccourcir un contrat.)
 
a.      Qu’en est-il du Jubilé – le retour de la propriété au propriétaire initial après 50 ans ? Est-ce injuste ? (Si j’étais un acheteur, je verrais cela comme un bail de 50 ans, et je ne paierais pas autant que si j’achetais définitivement le terrain.)
 
b.      Revenons à ma question sur les agriculteurs incompétents ou paresseux qui récupèrent leurs biens après les avoir vendus. Ce système vous semble-t-il équitable ? Récompense-t-il le travail et la compétence ? (Il s’agit d’un système capitaliste, car il renforce les droits de propriété privée. Il encourage également l’utilisation efficace de la propriété. Imaginez que vous perdiez votre terre pendant cinquante ans ! Ce serait une incitation à travailler dur.)
 
c.      Quel est l’effet de cette règle sur les relations familiales ? (Elle place la responsabilité première de l’utilisation efficace des biens entre les mains de la famille. Ce sont les personnes qui comprennent le mieux les individus concernés.)
 
II.  Notre frère rédempteur
 
1.     Lisez Hébreux 2.14-15. Jésus nous a-t-il rachetés, nous, les membres de sa famille ?
 
a.      Remarquez l’expression : « Ceux que la peur de la mort rendait esclaves durant leur vie entière ». Que signifie-t-elle ? (Elle signifie que les humains pécheurs n’ont plus à craindre la mort. Nous ne sommes plus esclaves de cette peur.)
 
2.     Lisez Hébreux 2.17. Quel rapport voyez-vous entre la rédemption de Jésus et la rédemption lévitique des biens ? (L’idée parallèle est que Jésus, en devenant l’un de nous, comprend très bien notre situation. En plaçant le rachat des biens au sein de la famille, ceux qui connaissaient le mieux la situation se voyaient confier la responsabilité de la régler.)
 
III.  En dehors du camp avec Jésus
 
1.     Lisez Hébreux 13.12. Que signifie le fait que Jésus ait souffert « en dehors de la ville » ? (Lisez Jean 19.16-17. Jésus a été crucifié hors des portes de Jérusalem.)
 
2.     Lisez Hébreux 13.13-14. Remarquez que cela fait référence à deux points que nous avons étudiés : (1) notre relation spéciale avec Jésus, et (2) nos droits de propriété par rapport à Dieu. Que signifie pour nous le fait de sortir « en dehors du camp » avec Jésus ? (Cela signifie que nous allons nous identifier à Jésus plutôt qu’au monde.)
 
a.      Cette décision a trait aux droits de propriété. Quelle propriété Jésus a-t-il en tête pour nous ? (Nous ne cherchons pas ici une ville, nous cherchons la nouvelle Jérusalem – la ville qui viendra.)
 
3.     Lisez Hébreux 13.15. Quel est le principal moyen par lequel nous nous associons à Jésus et non au monde ? (Nous louons Jésus. Nous reconnaissons Jésus. C’est une chose qui se dit. C’est « l’offrande des paroles de nos lèvres ».)
 
4.     Lisez Hébreux 13.16. De quelle autre manière nous associons-nous à Jésus ? (Nous faisons le bien et partageons ce que nous avons.)
 
a.      On observe aujourd’hui une tendance à décider de partager ce que possèdent d’autres (qui, soi-disant, peuvent se le permettre). Il s’agit de personnes qui ne donnent généralement pas beaucoup à des œuvres de charité, elles veulent simplement forcer les autres à donner. Cela entre-t-il dans le cadre de ce qui est suggéré ici ? (Non. La référence aux « sacrifices » signifie que vous avez contribué à partir de vos propres biens.)
 
IV.  Apprendre de notre frère
 
1.     Avez-vous déjà appris quelque chose de positif de vos frères et sœurs ? Mon frère a toujours été très extraverti. Les autres étaient attirés par lui. Même s’il était mon frère cadet, j’ai beaucoup appris de lui en matière d’ouverture et d’amitié avec les autres.)
 
2.     Lisez Hébreux 12.1. Qui sont ces « témoins » ? (Il s’agit d’une référence à Hébreux 11 qui cite les noms de nombreux héros de la Bible.)
 
a.      Pourquoi ces témoins sont-ils utiles pour mettre de côté « tout ce qui alourdit notre marche » ? (Leur vie nous encourage.)
 
3.     Lisez à nouveau Hébreux 12.1. Notez que les « poids » de la vie sont mis en contraste avec les « péchés », et que le contexte est celui d’une « course ». Quel est l’impact du poids dans une course ? (Il ralentit. Il peut même empêcher de finir la course.)
 
a.      Quels sont les « poids » de la vie qui nuisent à nos performances dans la course de la vie ? (Il s’agit d’attitudes et d’émotions néfastes. Elles ne sont pas des péchés, elles nous ralentissent simplement.)
 
b.      Le péché est-il quelque chose dont nous devrions nous préoccuper ? (Oui. Il nous nuit dans la course que nous menons dans la vie.)
 
4.     Lisez Hébreux 12.2. Que pouvons-nous apprendre de notre frère Jésus ? (Nous avons l’exemple et l’encouragement des témoins d’Hébreux 11, et nous avons l’exemple de « celui par qui notre foi a commencé et qui la mène à la perfection » !)
 
a.      Que dit précisément ce verset, que nous devrions apprendre de Jésus ? (Quoi qu’il se passe dans notre vie, nous devons rester concentrés sur la joie que nous aurons au ciel.)
 
b.      Je profite de la vie. Je ne cache pas le fait que je suis chrétien. Et vous ? Votre vie se passe-t-elle plutôt bien ?
 
i.       À votre avis, combien de personnes endurent quelque chose comme la douleur et la honte de la croix ? (Pas beaucoup – en tout cas pas beaucoup de ceux qui lisent cette étude.)
 
ii.       Si vous étiez à la place de Satan, que feriez-vous pour empêcher les gens de se concentrer sur la joie du ciel ? (La souffrance nous oblige à nous concentrer. Profiter de la vie est moins susceptible de nous garder concentrés.)
 
5.     Lisez Hébreux 12.3-4. Quelle est la situation des Hébreux ? (Ils luttent et font face à l’hostilité. Ils sont confrontés à la crainte réelle de devenir pusillanimes et de se lasser.)
 
a.      Ce conseil est-il applicable à nous aujourd’hui ? (Les chrétiens sérieux sont confrontés à une hostilité croissante dans mon pays. Mais ce n’est pas aussi grave que cela.)
 
b.      Quand Hébreux 12.4 parle de « lutte jusqu’à la mort », cela fait-il référence à nos péchés personnels ? (Peut-être. Relisez les versets d’Hébreux 12 que nous venons de lire. L’auteur fait référence à un concurrent ou à un adversaire que nous pourrions affronter dans une course. Que la lutte soit avec quelque chose à l’intérieur ou à l’extérieur de vous, l’appel est à rester fidèle.)
 
6.     Cher/ère ami(e), Jésus est notre frère. Il nous a rachetés tout comme la famille rachetait les biens dans le système lévitique. Il a souffert, à notre place, plus que nous ne souffrirons jamais. Il a remporté la victoire pour nous ! Voulez-vous accepter de le rejoindre aujourd’hui et de partager avec d’autres votre identité de frère ou de sœur ?
 
V.    La semaine prochaine : Jésus, celui qui donne le repos.