Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 12 – Aimer la miséricorde (Matthieu 6 & 7, Ésaïe 58)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Être parent est parfois merveilleux, parfois terrible et toujours éducatif ! Dans notre quête pour déterminer comment nous devrions nous comporter avec ceux qui sont dans le besoin, nous avons discuté de points de vue contradictoires. Comment pouvez-vous savoir quel est le bon point de vue, celui que Dieu approuve ? Cette semaine, nous trouvons un guide simple – qu’avez-vous appris en tant que parent ? qu’avez-vous appris en tant qu’enfant ? Débutons notre étude de la Bible et apprenons-en davantage !
 
I.  Des yeux sains
 
1.     Lisez Matthieu 6.22-23. S’agit-il d’un conseil médical ? S’agit-il d’un conseil spirituel ? De quel genre de conseil s’agit-il ?
 
2.     Lisez Matthieu 6.24. Pourquoi Jésus parle-t-il d’argent juste après avoir parlé de vision ? (Cette partie du discours de Jésus porte sur notre attitude envers l’argent. Jésus semble dire que si nous avons une vision correcte de l’argent, notre corps sera « illuminé ». Si nous avons une vision erronée, il sera « dans les ténèbres ».)
 
3.     Lisez Matthieu 6.25-26. S’agit-il d’un conseil sur l’argent ? (Oui ! Jésus nous dit de ne pas nous en inquiéter.)
 
4.     Lisez Matthieu 6.27. Vous inquiétez-vous au sujet de l’argent ? (Jésus nous enseigne que l’inquiétude ne fait aucun bien.)
 
a.      Cela signifie-t-il que nous ne devrions rien faire pour nous préparer pour l’avenir ?
 
b.      Quand Jésus parle de servir deux maîtres, cela a-t-il un rapport quelconque avec l’angoisse de l’argent ? (Certaines personnes croient qu’il n’est pas possible de servir Dieu et avoir en même temps beaucoup d’argent. Je ne pense pas que soit l’enseignement de Jésus ici. Il parle du centre de notre vie. Vous pouvez vous focaliser sur l’argent quel que soit votre niveau de revenu. C’est pourquoi Jésus nous dit de ne pas nous inquiéter pour l’argent.)
 
5.     Lisez Matthieu 6.28-30. Qu’est-ce qui cause notre anxiété au sujet de l’argent et des bien matériels ? (Un manque de foi.)
 
6.     Lisez Matthieu 6.31-33. Selon Dieu, quelle est la solution pour éviter de se soucier de l’argent ? (Chercher premièrement le royaume de Dieu et sa justice.)
 
a.      Si nous cherchons en premier le royaume de Dieu, que se passera-t-il ? (Matthieu 6.32 dit que Dieu sait que nous avons besoin des choses que « les gens de toutes les nations recherchent sans relâche ». Matthieu 6.33 dit que « tout cela vous sera donné par surcroît ». Pris littéralement, Jésus nous enseigne que Dieu nous donnera tout ce que recherchent les gens du monde – et que nous n’avons pas besoin de nous en inquiéter.)
 
b.      Que nous dit cela sur les plus nécessiteux ? Ne mettent-ils pas le royaume de Dieu et sa justice en premier ? (Rappelez-vous que l’avertissement s’applique à tous les niveaux de revenu.)
 
7.     Lisez Matthieu 6.34. Prenons deux situations. J’ai une amie qui a grandi dans l’un des pires quartiers de New York. Elle était très pauvre, il y avait des ordures au rez-de-chaussée de l’immeuble où elle vivait, ainsi que sur le terrain vague à côté. Des rats vivaient au milieu des ordures. Aujourd’hui, elle vit dans une maison de plus de 650m2 sur le flanc d’une colline surplombant un terrain de golf. Elle raconte qu’à l’époque elle ne se croyait pas pauvre ! Mes parents n’étaient pas pauvres, mais en grandissant il m’a semblé qu’ils avaient beaucoup d’anxiété à propos de l’argent – dont une grande partie était liée au fait de payer pour que j’aille à l’école d’église ! Est-ce que l’idée d’aider les plus nécessiteux est plutôt une question d’attitude ? La confiance en Dieu est-elle la réponse principale ? (Si vous avez faim, ou si vous avez besoin de soins médicaux, ou si vous n’avez pas de vêtements appropriés, il est évident qu’il ne s’agit pas là d’une question d’attitude. Dans le monde occidental, il semble qu’une grande partie des cas de « nécessité » soit en fait une question d’attitude – et c’est la raison pour laquelle Jésus soulève cette thématique. Il semble en être de même pour le monde décrit dans la Bible – nous lisons rarement dans la Bible des récits où des gens meurent de faim.)
 
II.  Des actions santé
 
1.     Lisez Matthieu 7.7-8. Y a-t-il une limite à cette promesse ?
 
2.     Lisez Matthieu 7.9-10. En quoi cela répond-il à la question que je viens de poser ? (Cela suggère que si nous étions responsables, nous ferions preuve d’amour et de bon sens en donnant des cadeaux. Cela me dit que Dieu a des limites à sa promesse de donner à ceux qui lui demandent. La limite est que Dieu fait ce qui est bon pour nous.)
 
3.     Lisez Matthieu 7.11. Pourquoi Jésus nous amène-t-il à porter des jugements sur ce qui doit être donné ? (Il veut que ce soit facile à comprendre. Si nous ne faisions rien en tant que parents aimants, alors il ne le ferait pas non plus en tant que notre Père céleste.)
 
4.     Lisez Matthieu 7.12. Cela simplifie-t-il la façon dont nous appliquons l’idée de miséricorde ? (Dieu donne une grande confiance à notre jugement.)
 
a.      Est-ce lié à ce que nous venons de lire sur la façon dont Dieu nous traite en tant que parents aimants ? (Si vous avez une vision normale et aimante de la vie et sur ceux qui vous entourent, alors vous avez une excellente idée de ce qui devrait être fait pour les plus nécessiteux.)
 
5.     Combien d’entre vous ont au moins un enfant désordonné ?
 
a.      Si vous étiez l’enfant désordonné, aimeriez-vous que quelqu’un range votre chambre pour vous ?
 
b.      Si vous étiez le parent, serait-il mieux de ranger et nettoyer la chambre de votre enfant ? (Votre attitude à l’égard de ce qui est mieux pour cet enfant doit aussi influencer votre attitude pour savoir si, en tant qu’enfant, vous aimeriez que votre chambre soit rangée par une autre personne.)
 
6.     Réfléchissez maintenant aux questions difficiles. Y a-t-il des pays « désordonnés » ? Y a-t-il des personnes qui ont besoin de faire de l’ordre dans leur vie ?
 
a.      Focalisons-nous un instant là-dessus. Imaginez une personne « désordonnée » à qui l’on a diagnostiqué un diabète à un jeune âge, et qui n’a rien fait là-contre. Cette personne mange ce qu’elle veut. Quelles sont vos obligations envers cette personne lorsque son état de santé se détériore ?
 
b.      Supposons que le problème de santé « désordonné » soit réversible. Vos obligations sont-elles alors différentes ? (Si le mal est fait et ne peut pas être réparé, alors je crois que nous avons une plus grande obligation d’aider. Aucun de nous n’est parfait.)
 
7.     Lisez Matthieu 7.13-14. Pourquoi Jésus dit-il cela immédiatement après avoir donnée la « règle d’or » ?
 
a.      Est-ce parce qu’il est difficile de déterminer si nous devrions aider ?
 
b.      Est-ce parce qu’il y en a si peu qui veulent suivre la règle d’or ?
 
c.      La règle d’or et la déclaration sur la porte étroite devraient-elles être annulées ? Sont-elles liées ?
 
d.      Si les deux sont liées, la règle d’or porte sur le fait de faire des choses, tandis que la déclaration sur la porte étroite traite du salut. Est-ce que le salut est en rapport avec faire des choses ? (C’est ce que cela semble dire. Mais pensez au fait que notre discussion toute entière jusqu’ici est en rapport avec notre attitude. Quelle attitude devons-nous avoir à l’égard de l’argent et de l’inquiétude ? Quelle attitude devons-nous adopter pour apporter de l’aide ? J’avais l’habitude de parler de « justification par l’attitude », et j’entends par là que le salut n’est pas une simple parole, ni une action. Il s’agit de notre attitude envers Jésus.)
 
8.     Lisez Ésaïe 58.1. À quel sujet allons-nous apprendre quelque chose ? (Au sujet du péché !)
 
9.     Lisez Ésaïe 58.2. Que ressentent ces gens à l’idée de s’approcher de Dieu ? Que ressentent-ils à l’idée d’apprendre la volonté de Dieu ? (Ils se réjouissent des deux. Ils ont une bonne attitude – c’est du moins ce qu’il semble.)
 
10.     Lisez Ésaïe 58.3. Que suggère ce verset quant à la façon dont Dieu réagit à ces gens ? (Il ne les « voit » pas.)
 
a.      Quel est le problème ? (Ils oppriment tous leurs ouvriers.)
 
11.     Lisez Ésaïe 58.4. Qu’y a-t-il d’autre qui ne va pas ? (Ils se disputent et se battent, y compris des bagarres physiques.)
 
12.     Lisez Ésaïe 58.6-7. Quel genre de jeûne nous demande Dieu ? (Dieu dit qu’au lieu de nous concentrer sur un jeûne physique, nous devons envisager un jeûne spirituel. Jeûner, c’est se renier soi-même. Une attitude de justice, de liberté, de bonté et de miséricorde est un jeûne spirituel.)
 
13.     En ce moment, les villes de Los Angeles et de San Francisco ont un énorme problème de sans-abris. Le problème serait-il résolu si tous les propriétaires invitaient les sans-abris qui vivent dehors sous tente à venir habiter chez eux ? (C’est ici que votre éducation en tant que parent vous donne la sagesse.)
 
14.     Lisez Ésaïe 58.8 et Ésaïe 58.11. Comparez d’une part ce que vous avez peur qu’il arrive si vous faites preuve de miséricorde, et d’autre part ce que Dieu dit qu’il arrivera.
 
15.     Cher(ère) ami(e), pourquoi ne pas demander à l’Esprit saint de vous donner le discernement en faisant preuve de justice et de miséricorde envers ceux qui vous entourent ?
 
III.    La semaine prochaine : Une communauté de serviteurs.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don