Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 - Marcher dans la lumière : se détourner du péché (1 Jean 1)

Copyright © 2009, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : "Qu’est-ce qui ne va pas avec cela ?" Vous êtes-vous déjà posé cette question alors que vous vouliez faire quelque chose de discutable ? Vos enfants vous ont-ils déjà posé cette question quand ils voulaient faire quelque chose qui leur était interdit ? La Bible enseigne qu’il y a une large palette de décisions qui n’impliquent pas le péché. Les chrétiens peuvent de façon raisonnable ne pas être d’accord pour déterminer si une quelconque action est un péché ou non, tout en ayant chacun raison (voir Romains 14). Au même moment, Jean nous enseigne au sujet de l’importance de toutes nos décisions. Il compare la vie à un cheminement. Est-ce que chaque décision de notre vie nous amène plus près de la sainteté ou plus près du péché ? Débutons notre étude et découvrons! Nous pouvons décider si la question "qu’est-ce qui ne va pas avec cela ?" est la bonne question ou non.
 
I.         Lumière = Dieu
 
1.      Lisez 1 Jean 1:5. La semaine dernière nous avons étudié pourquoi Jésus est décrit comme étant "la parole de la vie". Maintenant dans 1 Jean 1:5 nous trouvons un nouveau terme pour Jésus : "la lumière". Pourquoi pensez-vous que Dieu est décrit comme "la lumière" ? En quoi ce mot est-il approprié ou une juste description de Dieu ?
 
a.        Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous pensez à la lumière ? (La puissance. La capacité de voir. L’activité. L’exposition.)

b.        Jésus dit : "C’est moi qui suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres." (Jean 8:12). Que cela suggère-t-il au sujet de la nature de la "lumière" de Dieu ? (Cela nous aide à comprendre ce qui est juste à partir de ce qui est faux.)

2.      La semaine dernière nous avons étudié qu’une des raisons pour lesquelles la "parole" était une description appropriée de Jésus est qu’il a créé l’univers simplement en parlant, par une "parole". En pensant à nouveau à la Création, qu’a-t-il créé en premier ? (Dieu a créé la "lumière" par la parole (Genèse 1:3).)
 
a.        Voyez-vous une relation entre le premier acte de la création de Jésus et le terme utilisé pour le définir ? (La lumière définit Dieu. Il nous a créés à son image. Ainsi, il est naturel que lorsqu’il crée par la parole il commence par la lumière.)
 
3.      Lisez à nouveau 1 Jean 1:5. J’en dis qu’il n’y a pas du tout de ténèbres en lui. Pourquoi cela est-il important ? Pourquoi avoir ajouté cette note ? (Trois raisons : Premièrement, les dieux qui existaient en ce temps-là avaient un "côté obscur". Il fallait faire attention à la façon dont on les abordait parce que cela pouvait générer une réaction colérique et injuste. Deuxièmement, nous devons connaître la nature de notre communion avec Jésus. Nous sommes maintenant associés avec quelqu’un qui est entièrement lumière - entièrement bon. Troisièmement, le mal ne provient pas de Dieu.)

II.       Le choix

1.      Lisez 1 Jean 1:6-7. Imaginez que vous marchiez à travers les bois et que vous arriviez à une bifurcation. Vous devez décider quel chemin suivre. Dans ces deux versets Jean décrit une bifurcation dans le chemin de la vie. Selon Jean, quelles sont les deux options ? (Vous pouvez choisir la lumière ou vous pouvez choisir les ténèbres.)
 
a.        De quelle autre façon Jean décrit-il ces deux options ? (La fin du verset 6 réfère à la "vérité". Ainsi, nous avons une option du type "vrai/faux".)
 
b.        Quels autres termes utiliseriez-vous pour décrire ces deux options ? (Que pensez-vous de "bien/mal", "juste/faux", "juste/injuste", "bon/mauvais" ?)

2.      Lisez à nouveau 1 Jean 1:5. Selon Jean, qui est l’auteur de cette idée d’avoir deux options sur le chemin de la vie ? (Jean met une petite note dans le verset 5 au sujet de la source de son message. Il dit : "Ceci est le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons". Qui est "lui" ? La parole de la vie - Jésus !)

3.      Si Dieu dit qu’il y a deux options dans la vie, et que Dieu est exclusivement sur le "chemin de la lumière", cela ne signifie-t-il pas logiquement que chaque décision est un choix tranché du type juste ou faux ?
 
III.    Tester votre "chemin"
 
1.      Récapitulons. Jean a débuté son livre (1 Jean 1:1-4) en disant qu’il voulait que nous soyons en communion avec Dieu. Ensuite, il nous dit que la vie est comme un chemin dans la forêt : vous avez le choix d’aller à gauche ou à droite. Seul un chemin nous amène à la communion avec Dieu. Lisez à nouveau 1 Jean 1:6. Comment pouvons-nous savoir si nous sommes sur le bon chemin ? (Jean suggère un "auto-test".)

a.        Quel est ce "test" ? (Marcher dans les ténèbres. Si vous marchez dans les ténèbres, vous n’êtes pas sur le bon chemin et vous n’êtes pas en communion avec Dieu.)

i.        Attendez une minute. Me demander si je marche dans "les ténèbres" ne m’aide pas beaucoup. Que dit Jean pour nous aider à comprendre ce que signifie marcher dans les ténèbres ? (Jean explique que certains prétendent faussement marcher dans la lumière. Vous testez ceci en déterminant s’ils vivent selon la vérité.)
 
2.      Lisez 1 Jean 1:8 et 10. Quel est ce test pour savoir si nous sommes sur le bon chemin ? (Si nous réclamons être sans péché nous sommes sur le mauvais chemin.)
 
a.        S’agit-il d’un test de nos actions, comme dans 1 Jean 1:6 ? (Non. Il s’agit d’un test de notre attitude, de notre pensée. Au lieu d’utiliser le mot "réclamer", utilisons le mot "penser" pour le rendre plus personnel.)

i.        Pensez-vous être sans péché ?

ii.       Si vous échouez à ce test, quel est le résultat ? (Nous ne disons pas la vérité. Ceci nous place sur le mauvais chemin - sur le chemin des ténèbres.)
 
iii.     Pensez-vous que ces gens savent qu’ils sont sur le chemin des ténèbres ? Si quelqu’un proclame être sans péché, vous penseriez qu’il s’agit de quelqu’un de "bien". (Notez à nouveau les termes de 1 Jean 1:8 : "Nous nous égarons nous-mêmes". Apparemment, ces gens s’égarent eux-mêmes au sujet de leur droiture.)
 
b.        Dans quelles circonstances une personne pourrait-elle penser ou dire qu’elle est sans péché ? (Quelqu’un qui a revendiqué la perfection. J’ai entendu une fois une dame qui proclamait être une prophétesse et qui proclamait avoir vécu les six derniers mois sans pécher. Ceux qui proclament que nous pouvons atteindre la perfection dans nos actions doivent considérer attentivement ce verset.)

c.        Y a-t-il une autre circonstance dans laquelle une personne pourrait penser qu’elle n’a pas péché ? (L’extrême opposé au perfectionnisme est de proclamer que le péché n’est plus un péché pour le juste. Il s’agit de l’idée selon laquelle nous pouvons faire ce que nous voulons, parce que le péché n’est plus important pour les chrétiens. Le péché semble ne pas être important parce qu’il est d’une certaine façon transformé en justice. Jean dit que le péché est péché et que nous devons le reconnaître.)

3.      Lisez à nouveau 1 Jean 1:10. Dieu a-t-il parlé à notre sujet ? Que veut dire Jean lorsqu’il dit que le fait de proclamer la divinité innée des humains "fait de Dieu un menteur" ? (Dieu nous a clairement révélé l’état naturel de notre cœur. Dans Genèse 8:21, il nous dit que "le cœur des humains est disposé au mal depuis leur jeunesse". Dans Jérémie 17:9, il dit que "le cœur est tortueux par-dessus tout et il est incurable : qui peut le connaître ?")
 
4.      Lisez à nouveau 1 Jean 1:8. N’avons-nous pas un autre problème ? Comment ceux qui se trouvent sur le bon chemin, le chemin de "lumière", peuvent-ils être des pécheurs et être disposés au mal depuis leur jeunesse ?
 
a.        S’il n’y a pas du tout de ténèbres en Dieu et que nous sommes supposés être sur le chemin de Dieu, comment pouvons-nous avoir le péché en nous ?

b.        Rappelez-vous ma question initiale, à savoir si toutes les décisions dans la vie étaient des choix clairs du type "juste/faux". Comment pouvons-nous nous trouver sur le bon chemin et choisir encore le péché ? Ne s’agit-il pas du "test" pour déterminer si nous sommes sur le bon chemin - vivre en faisant la vérité (1 Jean 1:6) ?

IV.     La nature du cheminement
 
1.      Pour résoudre ce dernier problème, considérons plus attentivement le terme "marcher". Le contraste de Jean se trouve entre marcher dans la lumière et marcher dans les ténèbres. Selon vous, que signifie "marcher" dans la lumière ou les ténèbres ? (Cheminer signifie se déplacer. Le commentaire biblique de Vine nous enseigne qu’alors que ce terme correspond à une marche physique dans plusieurs endroits du Nouveau Testament, il n’implique jamais une marche physique dans les épîtres de Jean. Le commentaire biblique de Vincent ajoute que Jean parle de "la course habituelle de la vie". À partir de cela, je comprends que Jean dit que "notre habitude" est de faire le mal ou de faire le bien.)
 
a.        Cela résout-il le problème logique de savoir comment nous pouvons nous trouver sur le chemin de la lumière et toujours avoir le péché dans notre vie ? (Oui. Le péché est une déviation du chemin, mais notre but est d’avoir la direction générale, notre habitude dans la vie, pour vivre dans la vérité.)

b.        Que cela suggère-t-il au sujet du péché et de chaque décision que nous prenons ? (Une décision peut ne pas impliquer le péché, mais elle va probablement nous éloigner ou nous approcher du péché. Il s’agit de l’idée de "marcher".)

2.      Un des grands problèmes d’aujourd’hui est d’appeler les ténèbres la lumière. Dans quelle mesure ce problème est-il sérieux au vu des enseignements de Jean ? (Nous ne pouvons pas savoir si nous sommes sur le mauvais chemin, nous ne pouvons pas entreprendre de réforme, à moins que nous admettions que le péché est péché. Si nous appelons le péché justice, nous continuerons toujours sur le mauvais chemin jusqu’à ce qu’il nous tue.)
 
V.       Le chemin agréé
 
1.      Lisez 1 Jean 1:9. Comment les pécheurs peuvent-ils continuer sur le chemin de la lumière ? Si Dieu est sans ténèbres, comment de simples humains pécheurs peuvent-ils être qualifiés pour marcher sur le chemin de la lumière ? (Dieu pardonnera nos péchés confessés. Jésus nous qualifie pour le chemin de la lumière !)

2.      Ceux qui marchent dans la lumière sont-ils intensément conscients de leurs péchés ? (Oui. Ceci explique le discours de Jean au sujet de ceux qui proclament (faussement) qu’ils n’ont pas de péché. Louez Dieu qu’il y a une solution ! Nous sommes sur le chemin de la communion même si nous péchons. Le fait que vous ayez le péché dans votre vie ne vous disqualifie pas d’être sur le "bon" chemin. Mais, rappelez-vous que si vous marchez dans les ténèbres vous n’êtes pas sur le bon chemin. La direction de votre vie a son importance.)

3.      Qu’en est-il de vous, cher ami ? Confessez-vous volontiers vos péchés ? Ou alors proclamez-vous être sans péché ? Êtes-vous sur le chemin de la communion avec Dieu ou sur le chemin des ténèbres éternelles ?
 
VI.     La semaine prochaine : Marcher dans la lumière : garder ses commandements.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don