Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 – Quand on est seul (Ecclésiaste 4, 1 Corinthiens 7)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Après trente-trois ans de mariage, mon lieu de travail a changé de telle sorte que j’étais à la maison seulement les week-ends. Durant la semaine, j’étais libre de manger où je voulais et d’aller où je voulais. Pas besoin de prendre une décision commune avec ma femme. Au début, c’était amusant. Cependant, après un certain temps je me suis senti seul en sortant manger au restaurant. Même si je n’étais pas réellement seul parce que ma fille adulte vivait avec moi et que je travaillais durant de longues heures, cela m’a quand même donné une certaine idée de ce que ça peut être de vivre seul. Explorons les aspects positifs et négatifs de ce que dit la Bible sur le fait d’être seul(e) !
 
I.  La corde
 
1.     Lisez Ecclésiaste 4.9. Pourquoi deux personnes ont-elles « un bon salaire pour leur travail » ? (Lisez Ecclésiaste 4.8. Le contexte montre qu’avoir quelqu’un avec qui vous partagez votre patrimoine crée un « retour » pour votre travail.)
 
2.     Lisez Ecclésiaste 4.10. Cette affirmation ne concerne-t-elle que les cas d’urgence ? (J’ai appris que dans de nombreux mariages le mari et la femme partagent les mêmes tâches. Par exemple, ils cuisinent à tour de rôle. Dans notre mariage, ma femme et moi avons une répartition par type d’activité. Elle s’occupe de certaines tâches et moi d’autres. Un exemple extrême est que je ne sais pas cuisiner, mais j’ai installé le poêle et j’ai réparé d’autres appareils. Je pense que mon incompétence dans certains domaines correspond à la référence biblique au fait de « tomber ». En ce qui concerne la cuisine, je suis en échec total.)
 
3.     Lisez Ecclésiaste 4.11-12. J’ai suivi jusqu’à ce que le texte parle de la « corde à trois brins ». Salomon avait des centaines de femmes. Suggère-t-il que la polygamie est la meilleure solution ? (Nous avons supposé que le texte faisait référence au mariage. En fait, ce n’est pas le cas. Il fait référence à un « ami » qui aide celui qui est tombé.)
 
a.      Dès lors que ces versets ont une application en dehors du mariage, qu’enseignent-ils à ceux qui vivent seuls ? (Faites-vous des amis ! Si vous avez plusieurs amis proches, c’est encore mieux.)
 
II.  Le mariage et le célibat
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 7.25. Y a-t-il dans la Bible certaines choses qui ne sont pas de Dieu ? (Paul nous dit que ce qu’il va écrire n’est pas de Dieu. Cependant, il dit qu’il pense qu’il a un jugement plutôt bon.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 7.26-28. Qu’est-ce qui motive ce conseil ? (« La nécessité présente ». Ce conseil n’est pas pour des temps normaux.)
 
a.      Qu’est-ce que « la nécessité présente » ?
 
3.     Focalisons-nous sur 1 Corinthiens 7.28. Avez-vous beaucoup de moments de « détresse » dans votre mariage ? (Heureusement moi pas. Mais je sais que c’est le cas pour certains.)
 
a.      Si vous avez observé la même chose que moi, selon vous quel est le pourcentage de mariages qui connaissent la « détresse » ?
 
b.      Quel enseignement retiennent de cela ceux qui sont célibataires et qui préfèreraient être mariés ?
 
i.       Cet enseignement se base-t-il sur « la nécessité présente » ? (Je ne pense pas que ce soit ce que veut dire Paul.)
 
c.      La sagesse peut-elle améliorer vos chances d’avoir moins de problèmes dans le mariage ? (Au fil des ans, un certain nombre de femmes ont discuté avec moi au sujet de potentiels maris. J’ai souvent été sûr que le fait d’épouser un homme en particulier créerait de nombreux problèmes et qu’il serait mieux de rester célibataire. Je dois admettre qu’aucune de celles qui m’ont parlé n’est restée célibataire. Soit elles ont ignoré mon conseil, ou alors elles ont trouvé un homme meilleur.)
 
4.     Lisez 1 Corinthiens 7.29-31. Paul a-t-il raison lorsqu’il dit : « Le temps se fait court » ? (S’il parle de la seconde venue de Jésus, et je crois que c’est le cas, alors il a tort.)
 
a.      Paul ne parle pas seulement du mariage. Il mentionne aussi le fait de pleurer, de se réjouir, d’acheter des choses et d’en jouir. Quel est le fil conducteur de notre vision de tout cela ? (Paul dit qu’à la lumière de la prochaine venue de Jésus, nous devrions ignorer la tristesse et la joie de ce qui se passe autour de vous, et rester concentrés sur la fin des temps.)
 
b.      Qu’est-ce qui motive l’enseignement général de Paul dans cette section ? (Il s’agit d’une situation d’urgence.)
 
i.       Quelle est la bénédiction de l’approche de Paul ? (Je suis sûr que Paul applique ce conseil pour lui-même. Ce que nous savons, c’est que Paul a écrit une grande partie du Nouveau Testament. Le fait de limiter sa joie sur cette terre a grandement fait progresser le royaume de Dieu.)
 
5.     Lisez 1 Corinthiens 7.32-34. Paul semble avoir fait évoluer son attitude vers « l’inquiétude », une approche légèrement différente du même sujet. Le mariage augmente-t-il le nombre de vos inquiétudes ? (Paul dit qu’une personne mariée s’inquiète pour son conjoint, et pas seulement de plaire à Dieu.)
 
a.      Est-ce vrai pour votre vie ? (Je me souviens de quelques cas où j’ai pensé que j’avais un conflit entre ce que Dieu me poussait à faire et ce que ma femme voulait faire. D’un autre côté, je pense que ma femme a considérablement réduit le nombre « d’inquiétudes » dans ma vie. Elle fait beaucoup de choses qui me chargeraient si j’étais célibataire.)
 
6.     Lisez 1 Corinthiens 7.35 et 1 Corinthiens 7.39-40. Paul dit que le fait de rester célibataire est pour notre propre bien. Il dit aussi que l’on est ainsi plus heureux. Si vous êtes célibataire, êtes-vous d’accord avec cela ? Est-ce un avantage que d’être célibataire ?
 
a.      Ce conseil s’applique-t-il pour tous les temps ? Ou alors, Paul donne-t-il encore un conseil en cas d’urgence ?
 
b.      Notez que dans 1 Corinthiens 7.39-40 Paul écrit à quelqu’un qui a été marié. Il écrit que quelqu’un qui a précédemment été marié sera plus heureux célibataire. Si vous êtes dans cette situation, quelle est votre opinion ?
 
III.  Le mariage sans joug
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 7.12-13. S’agit-il de l’opinion de Paul ? (Non. Il dit que cela vient de Dieu.)
 
a.      Combien de couples que vous connaissez sont en désaccord dès lors que l’on aborde les croyances religieuses ?
 
b.      Combien de ces divergences apparaissent après être mariés ?
 
c.      Que conseille Paul quand un conjoint est converti au christianisme et que l’autre ne l’est pas ? (Il dit de rester mariés.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 7.14. Pourquoi Paul conseille-t-il de rester mariés ? (Le conjoint non croyant est « consacré ».)
 
a.      Que signifie cela ?
 
b.      Rappelez-vous que lorsque nous avons étudié si nous devions nous faire des amis parmi les non croyants, le conseil dans 1 Corinthiens 15.33 était que ce qui est bien serait corrompu par ce qui est mal. Pourquoi ce conseil ne s’applique-t-il pas ici ? (La situation est bien différente. Tous deux étaient non croyants et un conjoint a décidé de changer et de devenir chrétien. Le conjoint qui a changé a déjà montré de la force et de l’indépendance.)
 
c.      Comment le conseil de 1 Corinthiens 7.14 s’applique-t-il aux enfants ? (Les enfants bénéficient du fait que le mariage reste intact.)
 
d.      Dans ma famille, mes grands-parents maternels représentent un mariage avec un joug inégal. Ma grand-mère allait régulièrement à l’église, tandis que mon grand-père jamais. Comment prévoyez-vous que cela affecterait leurs enfants ? (Cela a eu un grand impact sur ma mère. Elle a refusé d’épouser mon père tant qu’il n’était pas un membre d’église. Le frère de ma mère, cependant, a suivi les pas de mon grand-père.)
 
i.       Jusqu’où va la décision d’épouser un(e) non croyant(e) ? (Il me semble que des générations ont été touchées par cette décision.)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 7.15-16. Qu’en est-il si le conjoint non croyant décide de quitter le mariage ? Le conjoint chrétien devrait-il coopérer ? (Paul dit « oui ».)
 
a.      À quoi Paul accorde-t-il une grande valeur ? (À la paix. Mais notez qu’il s’agit de la paix qui vient du fait de laisser partir le non croyant. Paul ne recommande pas la paix quand c’est le conjoint chrétien qui veut partir.)
 
i.       Selon vous, pourquoi Paul fait-il cette distinction ? (Parce que si le conjoint non croyant veut rester, le conjoint aimant a une réelle opportunité de convertir le conjoint non croyant.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), l’approche générale de la Bible est de favoriser le mariage. Cependant, Paul croit que dans certaines situations le célibat est mieux et peut conduire à un plus grand bonheur. Si vous êtes célibataire, réjouissez-vous de cela. Si vous êtes célibataire, le fait de vous faire des amis sera une bénédiction dans votre vie. Pourquoi ne pas vous mettre dans cette position pour être béni(e) ?
 
IV.    La semaine prochaine : Des paroles de sagesse pour les familles.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don