Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 10 – Adorer le Seigneur (Néhémie 12, 1 Chroniques 25)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Les styles d’adoration ! Vous voulez commencer à vous disputer ? Alors prenez simplement une position ferme sur la question. Certaines églises résolvent la question en appliquant différents styles d’adoration à différents services religieux. Vous avez une préférence ? Attendez simplement que le service reflète votre point de vue. Dans mon ancienne église, nous avions différents types de musique à différents sabbats. Cette solution rendait les gens contents à certains moments. Mon église actuelle a commencé avec des croyances fermes en particulier sur le style d’adoration parce que les fondateurs croyaient qu’il était essentiel pour atteindre les non-croyants. Leur point de vue sur la musique correspond à mon point de vue, de sorte que le choix était facile pour moi. La vraie question n’est pas ma préférence ou la vôtre, mais plutôt ce que la Bible enseigne sur la musique et l’adoration. Débutons notre étude et apprenons-en davantage !
 
I.  L’adoration et la muraille
 
1.     Lisez Néhémie 12.27. Quelle est la raison de ce rassemblement ? (Célébrer la dédicace de la muraille de Jérusalem.)
 
a.      Appelleriez-vous cela de l’adoration ? (À qui dédicacent-ils la muraille ? S’ils la dédicacent à Dieu, alors j’appellerais cela de l’adoration.)
 
b.      Quel est le ton général de la dédicace ? (Ils célèbrent la dédicace « dans la joie ».)
 
i.       Cela reflète-t-il ce qui se passe dans votre église pendant le service de culte ?
 
c.      Quel genre de musique jouent-ils à cette occasion ? (Le chant. Les instruments mentionnés sont les cymbales, les luths et les lyres. Je pense que nous pouvons comprendre des cymbales et des harpes. Une lyre est à mes yeux de non-spécialiste un croisement entre une guitare et une harpe. C’est un instrument à cordes.)
 
d.      Quel est le thème de leur musique ? (Des actions de grâce !)
 
i.       Avez-vous analysé la musique que vous chantez à l’église ?
 
ii.       Quand j’étais enfant, la musique me semblait en majorité célébrer les adorateurs et non Dieu. Est-ce un problème ?
 
iii.       Avez-vous déjà critiqué de la musique d’adoration parce qu’elle était simple et répétait toujours la même phrase ? Si tel est le cas, lisez Apocalypse 4.8 et considérez les pratiques au quartier général de Dieu.)
 
2.     Lisez Néhémie 12.28-29. Qui chante ? (Des gens désignés comme musiciens se sont déplacés pour la dédicace.)
 
a.      Y a-t-il un enseignement en cela pour l’adoration à l’église ?
 
3.     Sautons quelques versets et lisons Néhémie 12.43. Quel est le thème dominant de cette adoration ? (La réjouissance.)
 
a.      Est-ce également le thème dominant dans l’adoration dans votre église ?
 
b.      Votre culte est-il plus propice à l’adoration ou à l’endormissement ?
 
c.      Je me souviens avoir visité une église où le pasteur a prêché si longtemps et d’une façon si inintéressante que je me suis littéralement assoupi. Je suis sûr que c’était juste un très court instant. Mais quand je me suis éveillé j’ai regardé autour de moi et j’ai vu que tout le monde dans l’église s’était aussi assoupi. Quand j’ai mentionné cela à ma femme, elle m’a répondu que les gens étaient occupés à prier, raison pour laquelle ils avaient leurs yeux fermés. Ma question et sa réponse nous ont paru si drôles que nous avons eu beaucoup de mal à rester discrets pendant le moment de prière.
 
4.     Lisez à nouveau la dernière partie de Néhémie 12.43. Qui d’autre ne pouvait pas dormir pendant ce service d’adoration ? (Les voisins ! La Bible nous dit : « On entendait de loin la joie de Jérusalem ».)
 
II.  L’organisation de l’adoration
 
1.     Lisez Néhémie 12.31 et Néhémie 12.38-39. Réfléchissez à ce à quoi cela peut ressembler. Qu’est-ce que cela reflète ? (L’organisation. La préparation. Un œil pour voir à quoi les choses ressemblent. Je suis sûr que cette procession était impressionnante.)
 
a.      Comment votre église évalue-t-elle l’organisation de votre adoration ? Est-elle mise en place sur le moment ? Est-ce que quelqu’un fait attention à quoi cela va ressembler ?
 
i.       Vous rappelez-vous de l’un ou l’autre exemple d’un culte qui présentait bien et qui était bien organisé ?
 
ii.       Vous rappelez-vous de l’un ou l’autre exemple d’un culte qui ne présentait pas bien et qui était mal organisé ?
 
iii.       Quelle est la raison qui fait qu’un culte est mal organisé ou ne présente pas bien ? (Les services d’adoration sont désorganisés quand les gens manquent à prendre le temps de faire les choses correctement. Cela reflète un manque de préparation et de prise au sérieux.)
 
2.     Il y a deux semaines j’ai prêché dans une petite église qui avait une belle façade de temple. En y entrant, elle était très impressionnante à regarder. Je me souviens d’une autre petite église que j’ai visitée où la façade de l’église présentait un tuyau de plomberie proéminent qui dépassait du mur et qui était horrible. Je suppose que les membres d’église étaient tellement habitués à ce tuyau qu’ils n’y prenaient plus garde. Dans la première église, les membres qui l’ont construite étaient particulièrement attentifs aux détails. Dans la seconde église, ils ne s’en souciaient pas beaucoup. Lequel de ces exemples ressemble le plus à votre église ?
 
3.     Lisez 1 Chroniques 25.1-2 et 1 Chroniques 25.6-7. Remarquez la référence répétée tant à la supervision qu’à l’exercice. Ceux qui participent au service d’adoration à l’église devraient-ils être supervisés et s’exercer ?
 
a.      On me demande régulièrement de prêcher. Grâce aux bénédictions de la part de Dieu et à un dur travail de ma part, je pense que le résultat rend gloire à Dieu. Cependant, personne ne me demande jamais de chanter. À votre avis, pour quelle raison ?
 
b.      Quand j’enseigne ou quand je prêche, je n’essaye jamais d’entonner ne serait-ce qu’un petit chant. À votre avis, pour quelle raison ?
 
c.      Une église devrait-elle être moins sélective dans le choix des chanteurs et chanteuses que dans le choix des prédicateurs ? Ceux qui chantent (ou ceux qui prient, qui récoltent les offrandes, qui lisent la Bible) devraient-ils essayer de faire une petite prédication ?
 
i.       Une église devrait-elle avoir des règles strictes contre des prédications non-demandées ou non-autorisées ? Ou alors, ce qui n’est ni demandé ni autorisé est-il un reflet de la conduite de l’Esprit saint ? (Je ne veux jamais éteindre l’Esprit saint, mais je pense que la supervision et la formation sont importantes pour l’excellence dans l’adoration.)
 
III.  Les sacrifices et la muraille
 
1.     Lisez à nouveau Néhémie 12.43. Selon vous, que faisaient les gens (en réalité les prêtres) quand ils « offrirent […] de nombreux sacrifices » ? (Ils sacrifiaient des animaux.)
 
a.      En quoi le fait de tuer des animaux est-il compatible avec la joie ? (Un commentaire biblique dit que ces sacrifices étaient des « offrandes de gratitude ». Les gens pouvaient participer en mangeant de ces sacrifices. C’est comme un grand barbecue !)
 
2.     Lisez 1 Jean 1.7-9. Que suggère cela au sujet des disciples de Dieu ?
 
a.      Nous avons précédemment mentionné le fait que les gens faisaient la dédicace de la muraille. J’ai suggéré que c’était une forme d’adoration parce qu’ils la dédicaçaient à Dieu. Est-il possible qu’ils la dédicaçaient afin qu’elle soit une muraille plus forte ? Une muraille pour vaincre leurs ennemis ?
 
b.      Serait-il plus approprié, compte tenu de ce que nous avons étudié jusqu’ici, de conclure qu’ils se réjouissaient de la sécurité de la muraille achevée ?
 
c.      Pourquoi ont-il dû reconstruire la muraille ? (Il y a deux raisons plausibles pour la dédicace. Premièrement, Jérusalem était tombée parce que le peuple de Dieu lui avait été infidèle. Je pense que le peuple voulait tout purifier, muraille incluse, pour qu’elle fasse partie de la ville sainte de Dieu. Deuxièmement, la muraille était une source de protection et un signe qu’ils avaient surmonté avec succès l’opposition de leurs ennemis. 1 Jean 1.7 nous dit qu’être dans une relation juste avec notre Dieu est notre but. Cela, ainsi que le fait de vaincre ses ennemis, sont deux bonnes raisons pour se réjouir avec Dieu.)
 
3.     Regardons les deux textes qui encadrent celui que nous venons de lire. Lisez 1 Jean 1.6 et 1 Jean 1.10. Quelles sont les deux extrêmes que nous devons éviter ? (Vivre une vie qui ne reflète pas notre communion avec Dieu, et prétendre que nous vivons une vie parfaite alors que ce n’est pas le cas.)
 
a.      Comment ces extrêmes reflètent-ils mal la gloire de Dieu ?
 
4.     Lisez Néhémie 12.46. Notre vie devrait-elle refléter nos chants ? (Oui ! Les chants sont une forme de communication. Notre vie doit être remplie de louanges et d’actions de grâce envers Dieu !)
 
IV.    La semaine prochaine : Pécheurs récidivistes.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don