Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 13 – Une communauté de serviteurs (1 Corinthiens 12, Hébreux 10)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Je suis sûr qu’à un moment donné, vous avez été un(e) nouvel(le) employé(e). Quelle est la première chose que votre nouvel employeur a faite ? Votre employeur vous a très probablement donné certaines indications pour vous orienter. Vous aviez besoin de comprendre votre rôle dans l’entreprise et votre travail spécifique. Il est particulièrement important de savoir ce que vous êtes censé(e) faire et ce que vous n’êtes pas censé(e) faire. Notre démarche chrétienne est identique. Alors que nous terminons notre série d’études sur l’attention que nous portons à ceux qui sont dans le besoin, passons en revue notre travail en ouvrant la Bible une fois de plus !
 
I.  Le corps spirituel
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 12.12-13. Quel est notre rôle dans l’église chrétienne ? (Nous formons « un seul corps » en Jésus. Notre baptême nous forme en un seul corps.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 12.14. Quel est notre travail spécifique ? (Le corps des croyants a de multiples parties, tout comme votre propre corps. Chacun et chacune d’entre nous est une partie spécifique, ce qui signifie que nous avons une tâche spécifique.)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 12.15-17. Est-ce que ces parties du corps ont le même rôle ? Chacune est-elle essentielle ? (Elles sont toutes essentielles et elles sont toutes différentes.)
 
4.     Lisez 1 Corinthiens 12.18. Qui a ordonné que nous ayons des rôles différents ? (C’est la décision de Dieu. Il décide quel rôle nous avons à jouer.)
 
a.      Qui ne décide pas de notre rôle ? (Lisez à nouveau 1 Corinthiens 12.16. Ce n’est pas nous qui décidons.)
 
b.      Lisez 1 Corinthiens 12.31. Avons-nous un rôle dans cette décision ? (Il nous est dit de nous « passionner pour les meilleurs dons de la grâce ».)
 
c.      Avez-vous été confronté à ce genre de problème dans votre église – des membres qui exigent un rôle pour lequel ils ne sont pas aptes ?
 
5.     Lisez 1 Corinthiens 12.28. Comment appliqueriez-vous cela à notre étude de ce trimestre ? Certains membres sont-ils davantage impliqués pour aider ceux qui sont dans le besoin ?
 
a.      Vous rappelez-vous nos discussions passées sur les différents types d’aide ? J’ai suggéré que nous devrions désirer vouloir guérir les gens de tout ce qui les rend « dans le besoin », plutôt que de simplement les aider à boiter chaque jour. Que nous suggèrent ces versets à ce sujet ? (« Guérir » est un autre travail que « aider ».)
 
b.      Vous rappelez-vous que j’ai suggéré que dans certaines situations (comme voir le fils prodigue à la porcherie), la meilleure façon d’aider est de laisser les gens dans leurs difficultés ?
 
i.       Comment savoir quand il est préférable de ne rien faire et quand aider ? (Notez que la guidance est une autre position dans l’église. Certains ont une meilleure vision de la situation que d’autres.)
 
6.     Quelle est la clé pour connaître notre rôle spécifique dans l’église et comment faire notre travail ? (Lisez à nouveau 1 Corinthiens 12.13. Ce n’est possible que par la puissance de l’Esprit saint.)
 
7.     Passons maintenant à la compréhension de ce qui rend notre travail différent de celui de Dieu !
 
II.  La loi de l’ombre
 
1.     Lisez Hébreux 10.1-2. Comment le système sacrificiel de l’Ancien Testament est-il décrit ? (Il est « une ombre des biens à venir ».)
 
a.      Qu’est-ce qui ne va pas avec l’ombre ? (Elle ne rend jamais parfaits ceux qui la pratiquent.)
 
b.      Qu’est-ce que cela suggère sur la chose réelle ? (Elle ne rend pas parfaits ceux qui la pratiquent.)
 
2.     Lisez Hébreux 10.3. À quoi sert l’ombre ? (Elle rappelle aux gens leurs péchés.)
 
a.      À quelle fréquence cela leur est-il rappelé ? (Une fois par année.)
 
b.      Que pensez-vous de cet intervalle de temps pour vous rappeler vos péchés ?
 
i.       Devriez-vous glisser un mot à votre pasteur à ce sujet ?
 
3.     Lisez Hébreux 10.4-9. Jésus met de côté « le premier pour établir le second ». Qu’est-ce que le premier et qu’est-ce que le second ? (Le premier est le service du temple dans lequel l’animal était sacrifié pour les péchés du peuple. Le second est le sacrifice de Jésus pour nos péchés.)
 
4.     Lisez Hébreux 10.9-10. Que résulte-t-il du sacrifice de Jésus ? (« Nous sommes consacrés ». Nous sommes rendus saints.)
 
5.     Lisez Hébreux 10.14. Pour combien de temps êtes-vous rendu(e) parfait(e) si vous acceptez le sacrifice de Jésus à votre place ? (Pour toujours.)
 
a.      Si cela se fait immédiatement et dure éternellement, pourquoi ce verset se réfère-t-il aussi à « ceux qui sont consacrés » ? (Vous avez été rendu(e) parfait(e) aux yeux de Dieu par l’intermédiaire de Jésus. Cependant, vous et moi savons que nos vies ne sont pas parfaites. Parfois nous en sommes loin. Nous devons grandir. C’est ce qui explique la référence au fait d’être sanctifié. Notre marche avec Dieu, notre rôle dans ce « travail », est un chemin d’obéissance croissante. Mais c’est en dehors de ce que Jésus a fait pour nous – il nous a rendu parfaits.)
 
6.     Lisez Hébreux 10.15-18. Quel rôle a l’Esprit saint dans tout cela ? (L’Esprit saint nous « témoigne » que ce que nous venons de lire est vrai. Dieu ne se souvient plus de nos péchés. Son Esprit vient dans nos cœurs et dans nos esprits pour créer une compréhension et un désir de faire la volonté de Dieu.)
 
a.      Voyez-vous l’importance centrale de l’Esprit saint tant dans votre rôle (votre travail) à l’église que dans une compréhension correcte de votre salut ?
 
III.  La nouvelle confiance
 
1.     Lisez Hébreux 10.19-22. Lisez Matthieu 27.51. Comparez Lévitique 16.1-2. Avant le sacrifice de Jésus, qu’arrivait-il si vous entriez dans lieu Très-Sacré du temple ? (Vous mouriez.)
 
a.      Lisez à nouveau Hébreux 10.22. Avez-vous mauvaise conscience ? Qu’a fait Jésus pour cela ?
 
2.     Lisez Hébreux 10.23. Quelle est la première chose à faire après avoir compris ce que Jésus a fait pour nous ? (Accrochez-vous à cette espérance ! Sachez que nous pouvons entrer dans la présence de Dieu.)
 
3.     Lisez Hébreux 10.24. Que devons-nous faire d’autre ? (Cela nous amène au sujet de ce trimestre. Nous devons nous engager dans de bonnes actions et encourager l’amour pour les autres.)
 
4.     Lisez Hébreux 10.25. Que devons-nous faire d’autre ? (Prenez l’habitude de vous rencontrer. Prenez l’habitude de vous encourager les uns les autres.)
 
a.      Quand vous pensez à ces orientations de vie, où se situe l’aide à ceux qui sont dans le besoin ? Considérez ceci dans le contexte de notre discussion précédente sur les « parties du corps ». (C’est l’une des choses que nous devrions faire. Mais selon le travail de notre « partie du corps », ce n’est peut-être pas notre tâche principale dans le corps de l’Église. Construire notre compréhension de Dieu, encourager l’amour et l’aide au prochain, rencontrer d’autres croyants et accomplir notre tâche spécifique dans l’Église est une image plus complète de notre vie d’Église.)
 
5.     Lisez Hébreux 10.26-27. Comment est-ce possible ? Est-ce que l’auteur du livre aux Hébreux vient de nous dire dans Hébreux 10.14 que nous avons été rendus parfaits pour toujours ? Dit-il deux choses complètement différentes ?
 
a.      Je soupçonne qu’il n’y a pas un seul lecteur honnête qui n’a pas consenti au péché à un moment donné au cours de la semaine dernière. Ainsi, si « volontairement » signifie « consentement », alors nous sommes tous perdus. Il n’y a aucune raison de décrire dans Hébreux 10 comment Jésus nous a rendus parfaits pour toujours. Comment résoudriez-vous ce conflit apparent ?
 
b.      Lisez Nombres 15.30-31. Le commentaire biblique The Popular New Testament Commentary suggère que « volontairement » (Hébreux 10.26) doit être compris comme « intentionnellement ». Et « intentionnellement » doit être compris comme « de manière provocante » dans Nombres 15. Cela correspond-il mieux à Hébreux 10 ?
 
6.     Regardons de plus près le texte de Nombres 15. Lisez Nombres 15.28-31 pour le connaître le contexte. Cela nous aide-t-il à mieux comprendre Hébreux 10 ?
 
a.      Notez que le problème est le « blasphème » contre Dieu. Qu’est-ce que cela signifie dans ce contexte ? (C’est un défi envers l’autorité de Dieu. Appliqué au temps du Nouveau Testament, il s’agit d’un rejet de ce que Jésus a fait pour nous !)
 
7.     Lisez Matthieu 12.31-32 pour voir ce que dit Jésus au sujet du pardon du péché. Que signifie « blasphémer » dans ce contexte ? (Rejeter l’Esprit saint.)
 
a.      Quand vous ajoutez le commentaire de Hébreux 10 sur « volontairement » ou « intentionnellement », avec les commentaires sur le blasphème dans le livre des Nombres et de Jésus, qu’en concluez-vous ? (Consentir au péché (comme nous le faisons tous) n’est pas définitif. Le problème fatal est de rejeter Dieu comme l’unique source de notre salut. Nous devons reconnaître le travail de Dieu !)
 
8.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous demander à l’Esprit saint de vous diriger vers votre rôle spécifique dans l’église, de vous aider à comprendre la nature de votre salut, et de vous guider dans votre vie quotidienne ? Pourquoi ne pas le faire maintenant ?
 
IV.    La semaine prochaine : Nous débuterons une nouvelle série d’étude sur les livres d’Esdras et de Néhémie.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don